Valseuse d'encre de plume

Valseuse d'encre de plume

Viles moqueries valsent aux coulisses

Viles moqueries valsent aux coulisses

 

 

 

Je me casse la pipe à cause d’un Hic sur un déhanché,

L’échine courbaturée, des égratignures artificielles,

L’arête du nez fracassée et me voilà encombrée d’une attelle,

Le calvaire ne fait que commencer, ô mon pauvre corps martyrisé.

 

La honte m’envahit,

Cette gêne me complexe,

Me voir moquée, me vexe,

Au point d’en chercher la sortie.

 

Mais aucune issue ne me sauvera

De cet embarras, je suis aux abois.

Ciblée par cette étrange ambiance, un mal être

S’impose et il est impossible de retourner en arrière.

 

L’envie de mettre les voiles,

Face à ce moment déconcertant,

Je fais mine tant bien que mal,

D’assurer un certain visage indifférent.

 

Un homme d’un certain âge m’aborde,

Il m’aide à me relever d’une poigne de main

Qui garantit protection en quelque sorte,

Je le remercie devant tous ses regards mesquins.

 

Une jeune femme m’accroche le pied

Histoire de me ridiculiser une seconde fois,

Mais mon vaillant cavalier me fit esquiver

Cette vilaine tentation ornée d’un sourire narquois.

 

On arrive sur la piste de danse sous du disco,

L’inconnu me rendit mon charmant aspect féminin

Car en sa compagnie, plus rien ne m’atteint,

Ma maladresse est écartée et ainsi tombe le rideau.

 

 

 

 Capture d’écran 2019-03-24 à 14.51.12.png

Tous Droits Réservés

Claessens Romane

Numéro 013



25/03/2019
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 5 autres membres