Valseuse d'encre de plume

Valseuse d'encre de plume

Bibliothèque


Une Aventure Astrale


Une Aventure Astrale

 

 


L'horizon couche l'or de nos jours
Mes pieds ensablés refusent tout détour
Douce soirée vécue sur le littoral
Sous un fascinant halo sidéral
Face à ce phénomène spectaculaire
Mon ombre atterrit sur l'astre lunaire        
Là, où rien n'existe…
S'y cache pourtant un trapéziste
Il est maître des portes du temps
Et veille sur la Terre indéfiniment


Faisant bonne figure au funambule
L'accueil d'une comète qui ondule
De son éclat sous mon regard crédule
Ne me jugera jamais pour ridicule 
Cet ermite et gardien interstellaire 
M'invite à danser des pas peu ordinaires        
Là, où plus rien n'a d'importance…
Mes mots se perdent sous cette performance
En sa compagnie, pas besoin de vocabulaire
Nous communiquons d'une toute autre manière


Quand le soleil vient à se pointer
À l'aube de nos secrets bien gardés
L'aimable gentleman tire sa révérence
Je ne sais comment supporter son absence
Mes larmes ne peuvent retenir ce manque
Je prie afin de retrouver ce saltimbanque        
Là, où telle une évidence…
Suppliant pour revivre ces moments intenses
Je revois soudainement son visage d'ange

Sur la couverture d'un livre étrange

 

Un rêve basé sur une certaine image
Un amour idyllique pour démarrage
Semble avoir alimenté au passage 
Une possible obsession détenue en cage

 

 

Annotation 2019-08-04 165128.png

 

Tous Droits Réservés

Claessens Romane

Numéro 006


04/08/2019
1 Poster un commentaire

La Dure-Habilité de nos Sentiments


La Dure-Habilité de nos Sentiments

 

 


Je n'écris pas, non je m'exprime
Couchant mon imaginaire qui s'imprime
Dans tes yeux couleur sanguine

Se noie un passé où la douleur serpentine

Bientôt nous rirons de ces instants sacrés 
Là, où jadis, nous nous étions égarés
Ecoulant un flux diluvien de regrets
Place désormais au présent sans secret

Bien que nous soyons de bons amis
Nos échanges frôlent parfois l'interdit
Nos ritournelles ne sont pas régulières
Alors, restons sur nos histoires singulières

Dessinons notre paraphe dans nos veines
A l'encre vermeille essuyant nos peines
Nos accolades autrefois démesurées
Sont de nos jours bien moins animées

Nos stigmates faisant preuve de fidélité
Deviendront-ils à venir une triste réalité?
Je ne peux imaginer continuer mon chemin
Sans ton ombre dévouée à éclipser mon chagrin

Annotation 2019-08-04 165128.png

Tous Droits Réservés

Claessens Romane

Numéro 012


04/08/2019
2 Poster un commentaire

Candidature sur la sellette

Candidature sur la sellette 

 

 

 

Parasité par une horde robotique

L’essentiel n’est plus fonctionnel

Oyez braves gens, prenez le portique 

Bon vent, anciens partisans industriels 

La tâche humaine est à présent dépassée

Rentrez chez vous, le monde est recyclé

 

Les illuminés ont un toc au ciboulot

Tout est remplacé, plus de boulots

Mais une ingénieur dévouée s’y oppose

Refusant de se soumettre à cette vague

Elle hisse un mur blindé où y repose

Tout son dur labeur, prétendu maniaque

 

Bientôt nous serons comme eux

L’image de l’homme en mieux?

C’est une plaisanterie? Sérieux!?

Où tourne le monde, se voit un Adieu

Si pas d’affaires? Pas d’argent, le vide!

La cyber-technologie efface l’humanoïde!

 

 

 

Capture d’écran 2019-03-24 à 14.51.12.png

Tous droits réservés

Claessens Romane

Numéro 011

 

 


23/06/2019
2 Poster un commentaire

Graines d'artistes

Graines d'artistes 

 



Mégalomanes et chanteurs en tous genres

Écoutez mes précieuses louanges 

Certes vous me trouverez étrange

Contemplez votre programme étanche

Destiné aux diverses saltimbanques

Qui de leurs instruments respectifs

Lorgnent leurs notes de musiques

Mélangées, désordonnées de sens

À vous d’improviser à votre façon

À vous de décider sur quel ton

Chantez instinctivement vos paroles

Nous y avons branché nos paraboles 

Prêts à vous entendre petits moineaux

Découvrons le prodige qui sort du lot

 

Auteurs et écrivains en tous genres

Lisez mes précieuses notes savantes

Vos ratures ne sont point évidentes

Contemplez cette page blanche

Destinées aux artistes tachés d'encre

Activez vos talentueuses phalanges

L’imagination vous jouera des tours

Vous obtiendrez certainement des retours

Des plus déroutants aux plus assurants

Ne restez pas sur des mots peu convaincants

Écrivez instinctivement vos paragraphes

Seuls les mots qui s'y démarquent

Repousseront le manque d’assurance

Apprenez à vous plaire sans influences

 
Dessinateurs et illustrateurs en tous genres

Colorez vos images sans retenue exagérée

Laissez votre main courir sur le papier

Contemplez votre art et votre potentiel

Destinés à embellir le vide de couleurs

Vous êtes libre arbitre de vos oeuvres

Ne griffonnez pas avec contraintes

Seul l’amusement est ici toléré

Dessinez aisément vos propres utopies

Rendez les plus réelles que vos lubies

Plongez d'un petit coup de folie

Caressez vos pastels d’une main vive

La mine de votre crayon s'en souviendra

Elle s’appliquera au mieux la prochaine fois

 

 

 

Capture d’écran 2019-03-24 à 14.51.12.png

 

Tous droits réservés

Claessens Romane

Numéro 010

 


23/06/2019
1 Poster un commentaire

Poussière de Lune

Poussière de Lune

 

La lune dans sa robe d’épouvante

 

 

 

La lune m’observe, avec attention

Comme la Mona Lisa de Da Vinci

Son regard suit mes gestes polissons

Elle m’effraie jusque tard dans la nuit

 

La lune épie chaque recoin de ma vie

De quoi se méfier à jouer les impolies

Elle semble ni méchante ni gentille

Elle reste curieuse et impassible

 

Avec son air nous prenant de haut

L’astre me donne de sacrés frissons

Je redoute qu’elle m’espionne à nouveau

Préjugeant chacune de mes intentions

 

Alors mon sommeil plus que troublé 

M’envoie une mission à compter 

Ni moutons ni heures passées

Mais bien les étoiles, bonjour la nausée

 

La lune contemple mon attitude de femme

Le silence nocturne perturbe mes rêves

Alors une musique soûl m’accompagne

Un nuage installe, entre nous, une trêve

 

Je n’ose me changer face à son regard

Mais elle insiste, tiraillant ma pudeur

J’avale enfin un somnifère, un peu tard

Et dors le jour, ratant le cursus à dix heures

 

Je me réveille d’effroi à nulle heure, 

Car j’aperçois la dame blanche avec frayeur

C’est reparti pour un nouvel affrontement

Mais la lune répand une pincée du firmament 

 

Groggy, je n’aie plus la moindre angoisse, 

Était-ce un simple mirage, un message?

La lune me jette un clin d’oeil complice

Je rougis et souris en cet instant propice

 

La lune est mon alliée à présent

Finis les grincements de dents

Le cycle rentre enfin dans l’ordre

Semant folie et toute discorde

 

 

 

Capture d’écran 2019-03-24 à 14.51.12.png

 

 

Tous droits réservés

claessens Romane

Numéro 015


22/05/2019
1 Poster un commentaire