Valseuse d'encre de plume

Valseuse d'encre de plume

Recueil 1


Une Aventure Astrale


Une Aventure Astrale

 

 


L'horizon couche l'or de nos jours
Mes pieds ensablés refusent tout détour
Douce soirée vécue sur le littoral
Sous un fascinant halo sidéral
Face à ce phénomène spectaculaire
Mon ombre atterrit sur l'astre lunaire        
Là, où rien n'existe…
S'y cache pourtant un trapéziste
Il est maître des portes du temps
Et veille sur la Terre indéfiniment


Faisant bonne figure au funambule
L'accueil d'une comète qui ondule
De son éclat sous mon regard crédule
Ne me jugera jamais pour ridicule 
Cet ermite et gardien interstellaire 
M'invite à danser des pas peu ordinaires        
Là, où plus rien n'a d'importance…
Mes mots se perdent sous cette performance
En sa compagnie, pas besoin de vocabulaire
Nous communiquons d'une toute autre manière


Quand le soleil vient à se pointer
À l'aube de nos secrets bien gardés
L'aimable gentleman tire sa révérence
Je ne sais comment supporter son absence
Mes larmes ne peuvent retenir ce manque
Je prie afin de retrouver ce saltimbanque        
Là, où telle une évidence…
Suppliant pour revivre ces moments intenses
Je revois soudainement son visage d'ange

Sur la couverture d'un livre étrange

 

Un rêve basé sur une certaine image
Un amour idyllique pour démarrage
Semble avoir alimenté au passage 
Une possible obsession détenue en cage

 

 

Annotation 2019-08-04 165128.png

 

Tous Droits Réservés

Claessens Romane

Numéro 006


04/08/2019
1 Poster un commentaire

De sources sûres

De sources sûres 

 

 

 

Les amis, 

De vous à moi je vous dis,

Qu’aujourd’hui n’est pas infini

C’est pourquoi je vous prie

Chers ennuis, 

De nous épargner la vie,

Et vous remercie

La famille,

Pour ces heures bénies

De votre présence, votre compagnie,

Sans hypocrisie

Ni jalousie

Et de suivre ainsi mon parcours

Celui de tous les jours,

M’accompagnant avec amour

En rabaissant les rumeurs qui courent,

Car en derniers recours,

Je vous le dirais toujours,

Je vous aime sans retour.

Même si le passé était lourd

Je suis debout en ce jour

À traverser tour après tour,

Chaque obstacle avec bravoure 

Afin d’y chanter l’hymne des troubadours

Révélant des sentiments matures

Car je le sais de sources sûres,

Aucun bruit ne perdure,

Autant qu’un honnête murmure.

Je confronte ce mur

Celui nous séparant au fur et à mesure 

De nos souvenirs, nos aventures.

Chers doublures,

Je vous l’assure,

Cesser de copier mes tournures

Personnalisez plutôt votre futur

Au lieu de jouer à l’imposture...

 

Capture d’écran 2019-03-24 à 14.51.12.png

 

 

Tous droits réservés

Claessens Romane

numéro 005

 

 


21/04/2019
4 Poster un commentaire

À l’ombre de nos vies

 

À l’ombre de nos vies

 

 

Un homme sortant de convalescence 

Revient au bercail après un mois d’absence

Une femme aux allures extravagantes 

Débarque en trombe chez lui sans prévenance 

 

Elle rentre sans qu’on ne l’accueille prestement

Tout en s’incrustant dans son appartement

La jouvence de cette squatteuse imposante

Tisse en l’occurrence un malaise intense

 

Sa prestance de pimbêche, ternit l’ambiance 

L’homme, dérangé par sa présence

Finit par rompre ce vaste silence

Il se plaint de fatigues et de souffrances

 

Mais cette fausse invitée fait la sourde-oreille

Et s’aventure de façon plus qu’indiscrète

L’homme exaspéré réclame du sommeil

Il méprise cette fille qui semble sourde-muette

 

Étant bien trop curieuse et envahissante

Son impolitesse tourne de manière arrogante

L’homme rouspète tenant sa porte ouverte

Elle sursaute de peur et reste en alerte

 

Elle la referme sans plus prêter d'attention

Elle observe de fond en comble toute la maison

De la fenêtre, l’homme aperçoit soudain deux têtes

Un couple entre à son tour, salué par la première 

 

Le résidant s’énerve à s’en tirer les cheveux

Agacé, il se transforme et devient monstrueux

Il regarde ses mains aux longs doigts irrationnels 

Il se regarde dans le miroir, un coup dur émotionnel 

 

Aucun reflet n’apparait! Il sombre d’inquiétude

Les émotions changeantes, il se transforme à nouveau

Les trois personnes continuent la visite et discutent

Ils semblent imperturbables face à cette forme sans peau

 

Dégoulinant d’ectoplasme sur le plancher de la demeure

La dame grimace et nettoie la mare transparente

« Comme c’est étrange, aucune fuite à la charpente»

Elle essuie et change de sujet, sous l’air captivé des visiteurs

 

L’homme finit par comprendre avec stupeur

Qu’il a basculé sans le savoir, comme par erreur

Dans l’au delà d’un monde probablement meilleur

Alors la lumière jaillit, créant un passage orné de fleurs

 

 

 

Capture d’écran 2019-03-24 à 14.51.12.png

 

Tous Droits Réservés

Claessens Romane

Numéro 004


29/03/2019
1 Poster un commentaire

Une Poupée sur Mars

Une Poupée sur Mars

 

Je ne suis pas une barbie

Et pourtant, je suis considérée

Comme un jeu pour petites filles

Bien que je suis achetée

Je suis également jetée,

Déshabillée et savonnée.

 

Je possède un code barre dessiné

Entre le coude et le poignet

Sur ma peau si douce y est encrée

Une preuve commerciale à jamais

Je suis belle et bien humaine pourtant

Mais sur une planète différente

J'ai été enlevée par les martiens

Pour tenir compagnie à chaque lendemain.

 

J'ai le coeur si lourd et si gros

Même malgré mes sanglots

Je dérive et j'ai grise mine

Cette espèce venue d'ailleurs

Me marchande comme un pot de fleur

Qui est déjà cassé dès son origine.

 

Capture d’écran 2019-03-24 à 14.51.12.png

Tous droits réservés

Claessens Romane

Numéro 003


25/03/2019
2 Poster un commentaire

Délivrance

Délivrance

 

 

Toi qui ose toucher mon âme

Toi qui lui fais peur depuis l'enfance

Aujourd'hui est un jour sans larmes

Un jour de gloire et de délivrance

Amour, joie, tolérance

Tout n'avait plus d'importance

 

Manipulateur de première classe

Je viens récupérer avec audace

Ce qui m'a toujours appartenu

Jusqu'à maintenant j'étais déchue

Ayant nié mon désarroi

Au fond, je n'étais plus moi

 

Ma dignité au sens de ma vie

Je te retrouve telle ma liberté

J'y peins dans mon coeur secoué

Des armes et une hache polie

Afin d'y briser les chaînes

De mes pensées hautaines

 

Je découvre à nouveau

Le doux parfum de la vie

Ayant vaincu le fléau

Je relie dès aujourd'hui

Mon passé à mon futur

Déchirant la page de ma vie

Qui s'était peu à peu assombrie

 

Mon coeur devenu libre

S'ouvre comme le bourgeon

D'une fleur tenant l'équilibre

Tout en naissant en amont

Du fleuve reliant mon coeur

A mon nouvel espoir

Celui d'à nouveau y croire

 

Retrouvant mes frères

Ceux me croyant perdue

Dénigrée en enfer

Je leur souris, émue

Le coeur en haleine

De retrouver la paix sereine

 

Où règne le côté sombre de ma vie

Cette chose a ranimé mon coeur

Elle y a détruit ma rancoeur

Pour y partager une idée de génie

La haine disparaît de mon état d'esprit

Je ne suffoque plus, non je revis!

Cette chose s'appelle empathie

 

La lumière éternelle des étoiles

Brille dans les yeux en spirale

De mes proches ayant décidé

De me persuader à m'aimer

Finalement, la peur s'envole ailleurs

A présent, je respire le bonheur

 

Enfin je me sens aimée et comprise

De toute la méchanceté qui se déguise

Me poignardant depuis des décennies

Je suis désencombrée de ces sottises

Un nouveau chapitre de ma vie

Dévoile la force, le courage et l'envie

 

 

Capture d’écran 2019-03-24 à 14.51.12.png

Tous Droits Réservés

Claessens Romane

Numéro 002


25/03/2019
3 Poster un commentaire